https://cdp-fspd.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Faculté de science politique et de droit|faculte-science-politique-droit|http://www.fspd.uqam.ca/

Centre de développement professionnel


Recherche




bannière du site Centre de Développement Professionnel

Devenir mentor.e

  • Vous aimeriez aider vos collègues à réussir leurs études ?
  • Vous voulez partager vos connaissances et votre expérience ?
  • Vous cherchez une implication enrichissante?

Les mentor.e.s sont des personnes sérieuses, travaillantes et sincèrement motivées à soutenir et à aider leurs confrères et consœurs. Il va sans dire que l’apport de ces mentor.e.s bénévoles est crucial pour assurer le succès du Centre de mentorat en droit.

Les candidat.e.s recherché.e.s doivent satisfaire aux critères suivants :

  • être étudiant.e de premier cycle ou de deuxième cycle en droit
  • avoir complété plus de 30 crédits universitaires,
  • détenir une moyenne supérieure à 3.0/4.3,
  • posséder le sens de la pédagogie et du partage et
  • adopter un comportement professionnel.

Si ce défi vous intéresse, faites-nous parvenir par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. :

  • votre curriculum vitae,
  • une lettre de motivation d'environ une page,
  • votre dernier relevé de notes et
  • la liste des cours pour lesquels vous vous sentez aptes à aider.

Pour leur recrutement, une première sélection se fait sur dossier de candidature. Puis, les candidat.e.s sont reçu.e.s en entrevue. L’entrevue permet d’expliquer clairement le fonctionnement du Centre de mentorat et du jumelage, ainsi que de percevoir les attentes des futur.e.s mentor.e.s relativement à leur implication bénévole. Par la suite, si l’entrevue a été satisfaisante de part et d’autre, le/la nouvelle mentor.e pourra être jumelé.e.

Les mentor.e.s ont comme mandat de rencontrer au moins une fois par semaine leur mentoré. Pour plus d’information sur les responsabilités du/de la mentor.e, prenez connaissance du document suivant : engagement du/de la mentor.e

 

Quatre (excellentes) raisons d'être mentor.e : 

 

Parce que ça aide vraiment vos consoeurs et confrères
Ne sous-estimez pas l'apport des mentor-es chez les petites nouvelles et les petits nouveaux. Avoir un coup de main pour développer une technique de travail efficace ou pour se faire expliquer un concept obscur, obtenir un conseil ou des encouragements, ce sont des petits gestes qui peuvent avoir des effets plus grands que vous ne le croyez!

Parce que ça permet de développer de nouvelles aptitudes
Ce n'est certainement pas le cours de droit constitutionnel qui vous permettra d'acquérir de nouvelles aptitudes sociales comme la bonne écoute, l'art de bien communiquer des informations, réussir à motiver ses troupes, faire preuve d'empathie, résumer sa pensée, adopter un comportement professionnel ou vulgariser des concepts complexes... Ce sont cependant des qualités auxquelles ont recours bien des juristes lors de rencontres avec leurs clients ou lors de séances de négociation. Profitez-en!

Parce que ça enrichit votre CV
Cette ligne dans votre CV en dira beaucoup sur vous! En plus des aptitudes mentionnées au point précédent, le fait d'avoir été mentor-e est une expérience concrète lors de laquelle vous avez fait preuve de leadership positif, élaboré des techniques de travail, été une personne de confiance sur laquelle les autres ont pu se fier et mis en lumière vos valeurs d'entraide et de coopération. De quoi charmer un employeur ou un donneur de stage potentiel!

Parce que ça permet de réveiller quelques notions de droit endormies, juste à temps pour le Barreau
Ça sert à quoi déjà, une convention entre actionnaires? Qu'est-ce que ça mange en hiver, l'infraction de responsabilité stricte? Les contrats synalla-quoi? La société d'acquêts vous avez dit? Quelques sessions plus tard, ça fait du bien de relire ses notes de cours, question de se rafraîchir la mémoire.

Retour en haut de page